o

Peut-être le l'ouvrage ne vous tente guère : Vous avez tant de choses à faire... Et puis, il est tout de même un peu cher. Sans doute, réviserez-vous votre jugement Voici un petit livre rose et plaisant.

Démythifiée, la nuit de noces se décline selon une mine de scenarii. Car c'est bien de mises en scène qu'il agit. Prétextes à ses fantasmes de plume, magistrale, et d'imagination, nourrie, l'auteur a rassemblé une collection de menus de noces, ingérés de 1892 à 2005. On rit, on pourrait même se retrouver dans l'une ou l'autre situation. Ca, ça ne regarde personne…

La plume est superbe : du haut vol littéraire pour des situations parfois très peu planantes. Humour, subtilité psychologique, comique alternent avec des relations triviales, crues, parfois franchement cyniques. Mais ne jouons pas les vierges effarouchées : il est des scènes désuètes, attachantes.

Et puis, la reproduction de ces quelque 70 menus est belle. Elle cristallise de façon émouvante la mémoire gustative du repas de noces. Intéressante aussi est l'évolution de composition des menus et de l'énoncé des plats. Comment ne pas fondre devant les taches de graisse qui célèbrent la joyeuse ingestion des mets.

Un mot enfin sur le lien entre menu et texte qui s'y rapporte : contre toute attente, Juan d'Oultremont utilise peu cette veine d'inspiration. Son imagination, fertile, s'en passe aisément et puis ce lien obligé aurait rapidement lassé le lecteur. Soulignons néanmoins un rapport inversement proportionnel entre la longueur de certains menus et du texte qui lui fait face. L'effet est brillant.

Apolline Elter

 

Juan d'Oultrement, « Nuit de Noces », éditions Racine,