<o

Appeaux

Toujours dans la logique du faux, du leurre, du simulacre autour desquels s'articulent les expérimentations de cette année, cette nouvelle proposition s'inspire de l'idée de l'appeau.

Il s'agira pour chaque étudiant de créer : une installation qui produise le son, le cris d'un animal, d'un homme, d'un phénomène naturel, d'une machine que vous voudriez attirer, séduire, tuer...

Après s'être documenté sur les appeaux, leurs origines, leur utilisation, leurs fonctions, leurs formes :

- définir qui ou quoi on veut attirer (ou repousser)

- pourquoi on veut l'attirer

- préciser la nature du cri ou du son de ce qu'on veut attirer

- imaginer, concevoir puis réaliser un dispositif dont les qualités seront à la fois sonores, sculpturales, discursives...

Pas de limite quant aux éléments et matériaux intervenant dans l'installation : mécanique, électrique, physique, télécommande, faisant ou non appel à l'intervention de l'homme.

Les critères d'évaluation sont bien sûr dans ce cas-ci, des critères artistiques. Critères formels, sonores, pertinence des matériaux mis en ¤uvre, rapports de et à l'espace, nature des références╔ En somme, comment, en vous réappropriant l'idée de l'appeau, vous produisez du sens, de la forme, des images particulières.

En final, chaque étudiant installera son "appeau" dans un box et proposera une démonstration sous forme de performance...

 

CRF : l'appel des sirènes, la chasse, le discours amoureux, l'ornithologie, le leurre, le bâton de pluie, l'instrument de musique, le jouet, certains gags de Gaston Lagaffe, les charmeurs de serpents, les appelants (animaux vivants destinés à attirer un animal de la même race), les lois réglant l'usage des appeaux, les cd et les disques de bruitage, le slogan publicitaire, l'affût, les appeaux électroniques, les appeaux destinés à éloigner, le miroir aux alouettes, Spike Jones et la sonorisation des Tex Avery, « La haine de la musique » de Pascal Quignard,╔