< o

Laisse aller

d'Oultremont 1996

La villa dépérit, on l'sait

Le choix du divan-lit, on l'fait

Les cris ont beau fuser, on s'tait

Tout lasse, lasse, lasse.....

On s'en veut mais ça passe, passe, passe..

On s'colle à l'époque

La crépi décrépit, on l'sait

Dans l'axe du combiné, on s'met

Pour tuer l'insomnie, le thé

Tout passe, passe, passe....

On n'y peut mais, tout casse

On r'colle à l'époxy

Lampe-flamme effilée

Laisse laisse laisse aller

Trop d'mèches allumées

Laisse laisse laisse aller

Le vernis usé, ressassé

Laisse-le s'écailler

Les papiers blessés, déconfits

Llaisse-les s' lacérer

Le crépi, rodé, harassé

La villa s'assoupit, on l'sait

Laisse laisse laisse aller

Le parquet, miné, affalé

Le Skaï sur la bergère, on l'met

Laisse laisse laisse aller

Le tapis, mité, élimé

Face à l'eau démontée, on s'tait

Laisse laisse laisse aller

Tout passe, passe, passe...

Laisse laisse laisse aller.

Laisse laisse laisse aller

La vie-là nous délaisse laisse, laisse aller..

Laisse-la s'éroder, on s'colle à l'époxy

Trop d'lames acérées,

Laisse-les s'émousser

Tant d'larmes à sécher

Laisse-les s'écouler

Les tiroirs

Vidés, dévissés

Laisse-les s'affaisser

Laisse aller, laisse aller......

Nos amours

Hélas amortis

Laisse laisse laisse aller

Le bassin, vaseux, endeuillé

Laisse-le s'enliser!

Laisse aller, le papier, le crépi

Le parquet, le tapis, le vernis

Les tiroirs, les passions,trop salées,

emmêlées, dans la nasse, laisse aller!

La maison , le bassin, nos amours, ...

Car tout passe, et tout lasse,

et tout casse

....

La faïence, soldée à mi-prix

Laisse-la s'ébrècher

Les amis, partis, séparés

Laisse, laisse, laisse aller

Les années, passées, dépassées

Laisse-les s'effacer

Faut s'y faire...

La villa dépérit, on l'sait