o

Mars attaque!

Mis en ligne le 10/01/2004

Si vous voulez mon avis : on nous ment ! On cherche à nous distraire pour que la vérité n'éclate pas au grand jour. Ce qu'ils ont découvert est d'une importance telle que cela pourrait ébranler le fragile équilibre du mondeŠ Il ne faut pas charrier : si les scientifiques ont réussi à créer génétiquement la première poule avec des dents et une espèce de poisson fluorescent pour aquarium, ou si (mieux encore) les spécialistes du Ceran ont réussi à apprendre le néerlandais à Daniel Ducarme, vous n'allez pas me dire que notre module européen Beagle-2 n'a pas réussi à se poser sur MarsŠ Il y a un twist, c'est certain! Ils sont partis y chercher la présence de bactéries ou de glace, et ils sont tombés surŠ Je ne sais pas moi ? Sans doute quelque chose que nous autres terriens, cherchions depuis des lunes. La mobylette du mollah Omar par exemple. Ou alors, Philippe de Dieuleveult! Voilà, c'est ça qui s'est passé : le module s'est posé sans problème, il a déployé ses antennes et les premières images transmises au centre de contrôle de Darmstadt ont été celles deŠPhilippe de Dieuleveult étendu sur une serviette de plage, discutant cuisine à la vapeur avec Cosimo Solazo et Dominico Castellino. Avec à l'arrière-plan, Joe Dassin fredonnant «On ira, où tu voudras, quand tu voudras» à un vieillard moustachu déguisé en dignitaire de la Wehrmacht et à une septuagénaire dont la coiffure oxygénée rappelait curieusement celle de Marilyn Monroe!... Ils sont tous là, je vous dis. Non seulement ceux qu'on croyait sur l'île déserte avec John Kennedy, Dalida, C. Jérôme et les dernières consoles Attari, mais aussi tous les autres. Les oubliés et les introuvables. Jacques Hustin. Les Poppys. Les tueurs du Brabant wallon. Les nouveaux directeurs des Musées Royaux. Les allumettes Union Match rouges à bout jaune. Ben Ladden. Maryse du jardin extraordinaire. Mario, le quatre de trèfle de la Star Academy. Adam (le premier enfant cloné par les Raélien). Ainsi que l'entonnoir que portait Georges Frisque lors de sa première communion.... La vache ! Tous se prélassant autour d'une piscine, avec Jean-Marie Messier obligé de jouer les plagistes à 2,5 euros de l'heure afin de renflouer son compte d'épargne à la banque de la Poste. Avec une serviette de bain déjà prête à accueillir le futur ex-président Aristide et les graphistes de Radio-Beograd qui ont commis les nouveaux logos des radios de la RTBF. Des images qui ont bouleversé les scientifiques dans la mesure où, s'il y a des piscines sur Mars, c'est qu'il y a de l'eau. Et s'il y a de l'eau, on peut espérer y trouver des traces de vie (c'est en procédant de cette façon qu'ils ont déjà prouvé la présence de Jacques Careuil à Ibiza).. En plus, si l'Euro a cours sur Mars, on a toutes les chances de retrouver une délégation de martiens au prochain Concours Eurovision de la chanson (après tout, il y en a depuis longtemps qui participent au concours Reine Elisabeth). En plus, ca risque d'énerver les Américains, qui, eux-aussi déboulent sur Mars cette semaine avec leurs deux sondes Spirit et Opportunity - dans lesquelles ils ont sans doute embarqué des agents de sécurité armés afin de prévenir tout risque d'attentat. Il faut dire que des Américains débarquant sur la «planète rouge», on avait plus vu ça depuis la guerre froide ! Bien sûr, eux ne vont pas y chercher de l'eau, mais les armes de destruction massive irakiennes que Saddam Hussein aurait avoué y avoir cachésŠ

Non, Mars, c'est du sérieux !D'autant que les scientifiques s'accordent à lui reconnaître (tout comme à la Wallonie) une longueur d'avance. Son évolution n'est qu'un raccourci de la nôtre. Tout ce qui se passera sur la Terre dans les millénaires à venir s'est déjà produit sur Mars. Ainsi, les analyses pourraient non seulement expliquer les modifications climatiques qui nous attendent, mais aussi nous donner des indications sur la façon dont on a fini par venir à bout du Vlaams Blok, ainsi que des informations décisives quant à l'emplacement du fameux Musée TintinŠ L'analyse des sédiments martiens pourrait même nous donner le nom du futur directeur du National. Comme quoi, la conquête spatiale a du bonŠ