o

Illu Dehaes

Notre "rire classieux" garde une longueur d'avance

Mis en ligne le 12/03/2004

On ne cesse de le répéter: « Maintenir un humour de qualité n'est pas une chose simple! ». Et pourtant, dans ce domaine, nous autres Belges conservons une sorte de classe naturelle. Une légèreté dans le trait. Une intelligence dans le propos. Une causticité bonhomme... En somme, même dans les circonstances les plus tragiques, nous parvenons à «rire classieux»...

Bien sûr, cette exigence de qualité nous oblige à respecter un certain nombre de règles. La première et non la moindre étant de ne jamais se moquer du physique des gens. Ce serait d'autant plus facile et méprisable que les physiques hors normes ne manquent pas. Il suffit pour s'en convaincre, de voir apparaître au JT, Martine Van Praet, l'avocate de Marc Dutroux. L'autre jour, en la voyant, j'ai pensé un instant que Niki Lauda avait repris la compétition automobile... Donc, règle numéro 1: pas de propos blessant quant aux petites misères physiques, pas d'acharnement sur les roux, les obèses ou les maîtres nageurs. Une règle que je m'impose d'autant plus volontiers, qu'on ne cesse de me confondre avec Jacques Simonet.

Parmi les autres critères qui nous permettent de nous maintenir dans le peloton de tête de l'humour de qualité : une subtilité dans le propos. Ce petit quelque chose que le monde entier nous envie, et parfois même nous copie. Ainsi, lorsque Alain Genestar, le patron de la rédaction de Paris Match, nous explique, pince sans rire, que son journal s'impose beaucoup de limites et que la publication des photos de Dutroux en prison n'a rien à voir avec une opération de marketing, on se dit : voilà l'humour qu'on aime. Avec des plaisanteries de ce genre, il pourrait faire la première partie de Dieudonné lors de sa prochaine tournée en Israël. Dans la foulée, on s'étonne même que Patrick Haumont, le rédacteur en chef de " la Libre Match " n'ait pas essayé de faire croire à Laurette Onkelinckx que c'était Helmut Newton qui avait pris les clichés... Donc, que ce soit clair et net : les photos de Paris Match, ce n'était pas pour booster le tirage, c'était juste pour rassurer le grand public sur le fait que Dutroux était toujours à la prison d'Arlon et pas à Ibiza.

Notre humour, c'est comme nos bières et nos coureuses de 60 mètres, un produit quasi labellisé. De là à ce que Bert Anciaux rentre un dossier à l'Unesco pour se faire reconnaître patrimoine immatériel de l'humanité, il n'y a qu'un pas. Bert Anciaux, en voilà un aussi qui me fait rire. Personne n'illustre aussi bien que lui le problème de la fuite des cerveaux. Il paraît que le sien aurait quitté sa boîte crânienne pour se réfugier en Afrique du Sud avec l'ex-président Aristide.

Il faut dire que, question humour, la concurrence internationale est sans pitié. Ainsi, on vient d'apprendre que Coca-Cola a inventé le concept "d'eau du robinet en bouteille à 3 euros le litre ". La vache ! C'est à se demander si les mecs d'Atlanta ne nous ont pas débauché Daniel Ducarme. Heureusement, pour ce qui est de la bière, les responsables d'Interbrew se sont voulu rassurants. Malgré l'acquisition du brasseur brésilien AmBev, ils ont promis que Jean-Luc Fonck (du groupe Stellla) pourrait continuer à chanter en Français. Rions donc, tant qu'il en est temps. Enfin, je veux dire, avant que le Vlaams Blok n'entre dans Schaarbeek, et ne planifie les accidents au monoxyde de carbone. Ce jour-là, l'humour belge aura vécu...

© La Libre Belgique 2004