o

Quand on aura 200 ans, en l'an 2030...

Mis en ligne le 12/03/200

Les commémorations, c'est bien, mais moi ça me donne plutôt envie de savoir la suite. Un peu comme après le gaspacho, on attend la paëlla; comme après les pubs, on attend le grand film; après la noce, la nuit et après...

D'accord, pour un pays qui, comme l'Atomium, ne devait tenir que six mois, 175 ans c'est bien, mais ça ne vaut quand même pas le bicentenaire qui nous attend dans un quart de siècle. Autant vous dire que moi j'y suis déjà en 2030!

L'année du jubilé, avec ses grands travaux, ses joyeuses entrées et son expo «200 ans sans bain de sang» - une rétrospective qui prouvera non seulement que la Belgique existe toujours, mais dans laquelle on retrouvera une fois de plus le maillot qu'Eddy Merckx a offert au roi Baudouin, et le slip que portait Jacky Ickx le jour où il gagna son premier Paris-Dakar. Pour le reste, bien sûr, tout est à inventer. Et, puisqu'il est question d'inventer, autant imaginer une Belgique à notre goût. Avec une pointe de nouveauté mais pas trop. Un soupçon de sang neuf mais surtout avec des politiciens dont seul le prénom change...

Ah! 2030: l'année où, après avoir démissionné du conseil d'administration de Charleroi Danses, Hervé Hasquin y reprendra du service en tant que chorégraphe. L'année de l'annonce des fiançailles de la Princesse Elisabeth avec Snoopy, le fils de Charles et Camilla - et cela malgré la désapprobation du Vlaams Belang qui aurait préféré la voir épouser le prince Harry.2030: l'année où le jeune Didier Michel (le petit-fils de Louis Michel) fera la couverture de la «Libre Match» après son premier accident d'Harley Davidson. Et où, après 532 jours de voyage, la sonde Colon-3 aura enfin atteint le gros intestin de Jean-Marie De Decker pour y déployer un drapeau flamand. L'année de l'anoblissement de Jan Bucquoy et Josy Dubié. L'année de l'ouverture à Feluy du premier Pink Delhaize : un hyper marché pour homosexuels et sympathisants. Avec des problèmes de circulation sur les grands boulevards bruxellois dus aux travaux de remise à ciel ouvert de la Senne.2030: l'année des cinquante ans de fédéralisme et du 36e anniversaire de règne d'Albert II.

Avec, en janvier, la visite officielle de la présidente colombienne Ingrid Betancourt.

En février, l'ouverture du procès en assises de Frank Vanhecke.

En mars, la mort du pape Maurice IV.

En avril, le maintien inespéré du Standard de Liège en troisième division.

En mai, la catastrophe de l'éolienne du Palais de justice dont une des pales, en se détachant, a fauché un groupe de représentants Tupperware circulant sur la place Poelaert.

En juin, les adieux à la scène de Jean-Luc Fonck...

En juillet, le départ du Tour de France donné pour la première fois depuis Istanbul.

En août, l'autorisation accordée par le gouvernement wallon à la famille d'Alain Destexhe, du rapatriement des cendres de l'ancien sénateur exilé en Flandre depuis 2007.

En septembre la rentrée des classes très médiatisée de Bobette, la première Belge née par clonage dans les laboratoires Monsanto.

En octobre, la béatification de Soeur Sourire. En novembre, le lancement des Etats Généraux de la Couture.

Et en décembre, Madame Ghislaine Bethus qui rate à une réponse près le million d'euros, avec la question «Qui était Guy Mathot» : 1/ Un entraîneur des Spirou de Charleroi. 2/ Le maire de Medellin. 3/ Le bourgmestre de Seraing. 4/ Le patron du groupe pétrolier Yukos ? Autant dire qu'on voudrait déjà y être, d'autant que s'il faut en croire les photos du Cinérevue, Virginie sera toujours aussi belle...

 

© La Libre Belgique 2005