o

Gros sanglots sur petit écran

Illu Vince

Les rares fois où j'allume mon téléviseur, c'est toujours avec le secret espoir de tomber sur une émission qui puisse m'éclairer quant aux enjeux de ce début de millénaire, un de ces trucs qui dénoue une part de l'écheveau et lui donne du sens. En somme, un petit moment de lucarne dont je sortirais un peu moins crétin!... Autant vous dire que j'ai été gâté vendredi lorqu'en poussant sur ma télécommande, je suis tombé sur... Bertrand Gachot. Bertrand Gachot? Ce nom me disait bien quelque chose. Et comme mon voisin a toujours collé à l'arrière de sa Mitsubishi, l'autocollant `Libérez Gachot´, je me dis: `Ah oui, Gachot, ce doit être ce type qui à l'époque de Jaruzelsky s'était fait arrêter en Pologne pour avoir fourni un appareil émetteur au mouvement Solidarnosc!´. Heureusement que ma fiancée était là pour me signaler que j'étais en train de confondre les torchons et les serviettes, et que je mélangeais `Libérez Babar!´ et `Libérez Gachot!´. Mais c'est bien sûr! Bertrand Gachot c'était le type qui, à la fin du XXe siècle, attaquait à la bombe aérosol les chauffeurs de taxi londoniens. Et moi qui pensais que ce mec se cachait toujours dans les montagnes d'Afghanistan! Pas du tout, il était là, sur mon écran 16/9, à se pavaner sous les lambris du Parlement, à donner son avis aux journalistes qui voulaient l'entendre.

 

Un moment, j'ai eu un doute. L'idée m'est venue que le MR avait dû lui proposer une place sur ses listes aux prochaines élections. S'ils continuent avec les sportifs, au MR, ils finiront par demander à Justine Henin de se présenter sous leurs couleurs aux élections communales de Miami.

 

Et pourquoi il était là Bertrand Gachot? Pour s'informer des risques de fermeture de Cockerill Sambre? Pour réfléchir avec Philippe et Mathilde à la politique d'intégration et à l'application de la loi Moureau?... Non, il ne faut tout de même pas exagérer... `Reste toi-même!´ conseillent les pubs pour l'eau de Spa. Eh bien, Bertrand Gachot il a dû en avaler, pour changer si peu en quinze ans: toujours en bas de classement, à défendre l'indéfendable. À évoquer, des sanglots dans la voix, le Grand Prix de Francorchamps. A s'exprimer avec l'indignation d'un propriétaire de Range Rover à qui l'on vient de retirer sa plaque luxembourgeoise... Heureusement pour le plus beau circuit du monde, Serge Kubla était présent lors de cette séance mémorable, pour relever le débat grâce à son projet de ré-autoriser l'accès et le stationnement des voitures sur la Grand Place de Bruxelles. Après tout, pourquoi se gêner? N'est-ce pas aussi `la plus belle place du monde´? En plus, il s'agirait d'une initiative qui ne serait pas sans retombée économique - surtout pour le blanchiment d'argent des restaurants de l'Ilot Sacré. La Vache! Quand les paléontologues du troisième millénaire découvriront la boîte craniène de certains ministres Wallons, ils ne comprendront pas comment on a autorisé si longtemps la circulation de cerveaux à coque unique... Surtout ceux trimbalant du pétrol brut!

 

Comme les débats tournaient au vinaigre, Herman De Croo a tenté de faire diversion en demandant une minute de silence en hommage aux 32.000 poupées Barbie victimes de l'incendie du dépôt Maxitoys de Nivelles...

 

Heureusement, à propos de paléontologie, je me suis rattrapé en regardant `Signé Dimanche´ dont Yves Coppens était l'invité. Quel plaisir! Quelle consolation! Évidemment en pareil cas, le choc est violent: passer en l'espace de si peu de temps, des propos ineptes de Jean-Marie Happart aux explications sur l'origine de l'espèce d'un scientifique aussi brillant, c'est un peu comme boire du champagne après avoir avalé du déboucheur liquide. On ne mettra jamais assez en lumière l'importance de la science. Ainsi, les jeunes générations peuvent-elles seulement imaginer endurer les interviews de Nicolas Sarkozy ou les chansons de Lara Fabian, sans le secours de la péridurale dont on fête ce mois-ci le vingtième anniversaire? Je vous pose la question? Vous avez déjà essayé de regarder Valery Giscard d'Estaing ou Marc-Olivier Fogiel sans le secours de l'anesthésie locale?...

 

© La Libre Belgique 2002