o

Grincement de girouette sur le toit de nos certitudes !

Mis en ligne le 18/11/2006

Je ne sais si je ne fais qu'appliquer au monde ce qui m'est personnel, néanmoins j'ai l'impression, que nous autres humains sommes particulièrement versatiles - du moins si on compare nos tendances aux revirements à celles du kangourou ou du matin pécheur. Ainsi les événements de cette semaine nous ont offert une série impressionnante d'occasions de tourner casaque. De renoncer à nos convictions les mieux boulonnées, en gros, de réorienter nos points de vue sur le monde, à 180° toutes ! Prenons l'exemple de Rudy Aernoudt et son « contre-manifeste » au plaidoyer séparatiste de la « Warrande ». À la façon dont les observateurs politiques ont commenté ses propositions, on avait l'impression qu'ils hésitaient entre Mary Poppins et la Mélodie du bonheur. La vache de retournement de situation! Tous les Flamands ne se retrouvent donc pas aux arrivées des courses cyclistes à agiter leur drapeau jaune et noir. Ils ne votent donc pas tous Vlaams Belang et n'ont pas tous envie de nous attacher à un arbre lorsqu'ils partent en vacances. Dans la foulée de cet appel à la raison, c'est notre perception de la Flandre qui s'en est retrouvée d'un seul coup, comme baignée dans les senteurs d'Harpic lavande. Sans parler du soutien décisif de Roger Vanden Stock et surtout celui d'Helmut Loti qui, après son intervention dans les concerts 0110, finira en poster punaisé au-dessus du lit des jeunes Wallonnes, entre les portraits du Che et d'Alain Mathot. Après tout, les Allemands sont bien redevenus nos amis, il fallait s'attendre à ce que les Flamands le redeviennent un jour ou l'autre. Mais delà à ce que ça arrive juste cette semaine╔

Et puis question retournement d'opinion façon crêpe bretonne, il y a celui suscité par la victoire démocrate aux élections américaines de mi-mandat. Je ne vous dis pas le grincement des girouettes sur le toit de nos certitudes. En l'espace d'une nuit, ces enfoirés d'Américains, nombrilistes, flingueurs, unilatéralistes, pollueurs et obèses sont redevenus nos grands frères adulés, nos infatigables joueurs de banjo, nos inimitables Woody Allen, nos GI's distributeurs de chewing-gums et de bas nylon, nos cow-boys bien aimés╔ En me réveillant ce matin-là, j'avais l'impression que Joe Dassin et Bruce Springsteen avaient chanté en duo toute la nuit. Une volte-face qui nous a permis de retrouver l'Amérique qu'on n'a jamais cessé d'aimer, avec des belles gueules de démocrates aux mâchoires carrées, une femme au perchoir du Congrès, la petite maison dans la prairie et, cerise sur le gâteau, la démission de l'immonde Olrik ! Pardon, je voulais dire Rumsfeld╔Je ne sais si c'est de l'inconstance, mais dans l'euphorie de ce brusque changement de cap, même le brave secrétaire à la défense n'a suscité chez moi que de la pitié. Pauvre Donald ! Renvoyé à Disney World comme un malpropre, avec aux basques une armée d'avocats bien décidés à profiter de sa levée d'immunité. Un pauvre type dont le seul tort est d'avoir fait défiler des majorettes à Abu Ghraïb. Mais enfin qu'est-ce qu'il va faire, le bougre ? Il faut dire qu'avec le nombre de casseroles qu'il traîne derrière lui, il a sûrement de quoi se lancer dans des démonstrations pour seniors sur les ères de parking de Martellange... Peut-être pourrait-on lui proposer d'ouvrir un stand de tir aux pipes à la foire de Liège - encore que les pipes sont plutôt une spécialité démocrate. Ou alors, faire des ménages chez Antoinette Spaak et Etienne Davignon ? Proposer aux croisières de la Libre sa conférence « Guantanamo, entre tradition et modernité » ? Faire « faucon » au Monde Sauvage d'Aywaille ou plus simplement, placeur de micro à Naninne ? On pourrait même lui imaginer une rédemption spectaculaire : Donald Rumsfeld se mettant à écouter du Léonard Cohen et devenant l'ami de Cat Stevens╔

En attendant nos opinions à géométrie variable c'est bien, mais s'ils veulent être crédibles, les démocrates vont devoir non seulement régler le bourbier irakien, mais aussi le problème autrement plus sensible de l'excès de silicone chez les choristes de la R'NB. Restons branchés sur MTV et voyons si nous avions raison de nous réjouir !