o

Rendez-nous Malvira!

Mis en ligne le 17/10/2003

Dans l'éventail des incongruités qui nous rendent si sympathiques aux yeux des étrangers, on connaissait déjà le boulet sauce lapin, les chapeaux de la Reine Fabiola, le voûtement de la Senne, la fondation Jacques Brel, l'enlèvement de Guy Cudell, les autocollants de la Dernière Heure en faveur du circuit de Francorchamps et la technique dite «du coussin» mise au point par les gendarmes de Zaventem... À cette longue liste de spécialités hors norme, est venue s'en ajouter une qui risque de faire date! Cette semaine, en effet, la Belgique est devenue le premier pays au monde à interrompre un journal télévisé de 20 heures pour annoncer la disparition... d'une marionnette. Le seul coin de l'univers où la mort du pape, le bannissement de Yasser Arafat et le centième anniversaire de l'Aspirine pourraient apparaître comme anecdotiques à côté du vol d'une Renault Scénic de couleur bleue...Évidemment, il ne s'agit pas de n'importe quelle marionnette, mais tout de même. On frémit en se disant que si la pauvre Malvira s'était faite enlever le 11 septembre 2001, on aurait sans doute jamais rien su de ce qui se passait aux Etats-Unis.... Par ailleurs, c'est vrai qu'on y tient à cette vieille folle érotomane et éructante dont l'impertinence a déjà ravi deux générations de téléspectateurs, mais enfin! La vache! De là à ce que sa disparition oblige Louis Michel à écourter son voyage dans la région des Grands Lacs, pousse Patrick Dewael à la démission et incite le Premier Ministre à créer un «Belgian Stabilization Group» destiné à gérer la Belgique de l'après Malvira...

Il faut dire qu'elle est un peu notre Golda Meier à nous, les cheveux de Stephan Steeman et les robes d'Anne-Marie Lizin en plus. Mais de là à retarder de deux ans le procès Dutroux, à suspendre momentanément les activités de la cellule Tueurs du Brabant Wallon et à annuler le gala des 50 ans de la télévision auquel elle devait participer, on croit rêver!

D'autant que si les généticiens ont depuis longtemps réussi à cloner des brebis, des rats et les frères Happart, il semble que Patrick Chaboud n'ait jamais réussi à en créer un deuxième exemplaire. Unique, notre Malvira! Et pourtant, on se dit qu'en décoiffant Antoine Duquesne, on pourrait déjà arriver à quelque chose d'assez ressemblant. Et puis, si les scientifiques ont réussi à apprendre le flamand à Daniel Ducarme, il doit être possible d'apprendre à jurer à Tatayet ou à Blabla.

Et madame Françoise Dupuis?... Je veux dire, elle ne sera pas toujours ministre, Madame Dupuis. Il n'y a pas de raison qu'elle ne songe pas à sa reconversion... Mais enfin, bordel de tettes, qui peut nous en vouloir à ce point pour s'en prendre à une vieille marionnette sans défense? Et surtout quel exemple pour ces jeunes en mal de reconnaissance, dorénavant persuadés qu'il suffit de s'en prendre à une dame âgée pour faire la une de la presse nationale.

Qui? (comme le disait déjà très bien VDB). Qui cherche à déstabiliser le pays en frappant ainsi à la tête de l'Etat -ou quasi? Certains ont-ils intérêt à nous faire perdre tout crédit aux yeux de l'étranger? Des pays qui eux aussi cherchent à organiser les jeux olympiques de 2016? Les milieux intégristes marocains peu favorables au nouveau code de la famille protégeant les droits de la femme? Les conservateurs Iraniens furieux de la nobélisation de Shirin Ebadi?

Les premiers soupçons se sont tout naturellement portés sur la Venus d'Urbino exposée dans le cadre d'Europalia Italie et dont les charmes auraient pu être éclipsés par ceux de la Barbie vitriol du Magic Land Théatre. Mais on pense surtout à Pascal Vrebos qui est un peu la Malvira de RTL-TVI et sur les émissions duquel pourrait se reporter l'affection d'un public tout à la fois déboussolé et orphelin...

Je profite donc de ce billet pour transmettre un message aux ravisseurs: qui que vous soyez, rendez-nous Malvira! D'autant qu'en ajoutant Chaboud aux 3000 licenciés de Ford, le gouvernement va avoir de plus en plus de difficultés à tenir le chiffre des 200000 chômeurs en moins!

© La Libre Belgique 2003