o

Les amalgames de l'été

Mis en ligne le 01/09/2006

Les vacances c'est un leurre! La vache! Vous choisissez délibérément une destination qui vous permettra de faire un break, loin de la folie du monde. Vous optez pour une langue dont vous ne parlez pas un traître mot, pour être certain de n'être au courant de rien. Vous faites comme moi, vous vous terrez dans les collines toscanes afin d'échapper à François de Brigode, avec pour seul lien au monde réel, Radio Vatican que vous laissez allumée plein pot lorsque vous descendez à la piscine, question que la maison fasse habitée - il faut dire que l'année passée, il y en a qui ont lâchement profité d'une de mes prestations en moule bite à l'autre bout du jardin, pour partir avec tout ce que la maison comptait de portefeuilles... Eh bien, malgré tout ça et le reste, les vacances sont une chimère. Une apnée que vous payez au retour, lorsqu'il s'agit d'ingurgiter en différé les dizaines de quotidiens qui vous attendent empilés entre les factures. Moi, je vous le dis haut et fort: comme son nom l'indique, l'actualité aussi dramatique soit-elle, est à consommer en temps réel. C'est comme pour les surgelés, il ne faut pas briser la chaîne du froid. Sans parler des approximations et des télescopages dûs à cette indigestion d'info. Ainsi, par exemple, j'ai bien compris que Günter Grass avait craché sa Valda, mais en émergeant de mon mois de gazettes en retard, je ne savais absolument plus ce qu'il avait avoué. Avoir volé à la Nasa les images de l'alunissage d'Armstrong, c'est ça?Dans ce tsunami, les nouvelles du monde font l'objet de raccourcis improbables. Ainsi vous apprenez que durant votre absence Fidel Castro et la Reine Paola ont été hospitalisés. Vous en déduisez aussi sec qu'ils ont dû se retrouver dans la même chambre.

Le pire c'est quand les journaux en question n'ont pas été rangés dans l'ordre chronologique. Vous vous retrouvez avec des titres dans le genre: «Les conséquences du geste de Zidane», sans savoir sur qui il a tapé. D'accord, on se doute bien que c'est sur Alain Zenner, mais enfin... On apprend que les membres de l'Union astronomique internationale ont déclassé Pluton, et comme on n'en sait pas plus, on se dit qu'elle a dû être contrôlée positive à l'arrivée de l'étape. On lit «Seb met le cap sur Pékin», et on imagine que les pièces de Ministru ont enfin été traduites en chinois. On lit «après une disparition de plusieurs années, elle profite d'un moment d'inattention, pour échapper à son ravisseur», et on pense qu'il doit s'agir de la réapparition de Madame Laurent de Télé-Secours à domicile, ou alors celle de Lionel Jospin que Jack Lang séquestrait depuis quatre ans dans le sous-sol de son pavillon de Blois. On apprend que la maladie de la langue bleue a touché la Belgique, et on en déduit logiquement que ce sont les membres du MR qui en sont atteints. On est à peine surpris d'apprendre que Jean-Pierre Hansen, l'administrateur délégué d'Electrabel a passé le casting pour le prochain James Bond, et que vu son succès à Paris, Yves Leterme reprendrait la place de Philippe Geluck dans l'émission de Michel Drucker. Comment éviter l'amalgame quand le jour du mémorial Ivo Van Damme vous lisez que les évadés de Termonde «courent toujours». Pour moi ça n'a fait aucun doute: c'est l'équipe roumaine qui avait battu le record du 4X 800 mètres...

Allez, j'en garde pour la semaine prochaine, il n'y a pas de raison...