o

Illu Serge DEHAES

Le temps béni des babas au rhum

3000 bénévoles! 55 conférences! 270 séminaires! 200 spectacles!.... Autant le dire clairement: le bordel intégral! Ah, le Forum Social Européen. Ce n'est pas monsieur Tiberi qui aurait laissé faire une chose pareille! Triste spectacle pour la Ville-Lumière, que cette nuée de mangeurs de pain bio et de buveurs de cacao équitable qui viennent nous détricoter le monde avec leurs éoliennes, leur «open source» et leur lutte anti-ogm. Ces lecteurs du Monde Diplomatique, avec leur bête journal sans photo qui ne donne jamais la moindre information sur la bisexualité du Prince Charles et encore moins les résultats du foot. - et quoi, le sous-commandant Marcos, il a aussi quelque chose contre le foot? Cette gauche-caviar qui prend fait et cause pour les Indiens du Chiapas, alors que de toute évidence elle ne sait même pas monter à cheval.

Et d'ailleurs qui est ce Monsieur Max Havelaar qui détourne la jeunesse de nos pays, de la vraie politique. Celle qu'on a toujours aimée chez nous et dont Charles Michel est le digne héritier : le seul ministre jeune qui s'habille comme un vieux politicien, qui parle comme un vieux politicien, et surtout qui pense encore comme un vieux politicien...

Non, ces démonteurs de Mac Donald me flanquent la trouille! Encore que je m'en tape un peu, vu que je ne vais jamais manger dans les fast-foods. Mais, remontés comme ils sont, on sent qu'ils finiront bien un jour ou l'autre par s'en prendre aussi à la Taverne du Passage et au Comme chez Soi.

Quel spectacle pitoyable que ces jeunes qui s'abîment la santé à force de se poser des questions sans objet. Ces adeptes de la micro-économie qui ne s'intéressent même pas à la Formule 1. Ces altermondialistes qui s'opposent à l'AGCS et à la privatisation des services publics (alors quoi, ce n'est pas bien que le privé puisse de temps à autre rendre des services au public?).

Mais enfin, qu'est-ce que c'est que ces écolos qui vont jusqu'à s'opposer au réchauffement de la planète, sans la moindre pensée pour les naturistes de Bredene qui eux n'attendent que ça. Et que dire de ces excités qui n'hésitent plus à prôner ouvertement la désobéissance civique? Attention, lorsqu'il s'agissait de Martin-Luther King, Lech Walesa ou de Monseigneur Gaillot, moi j'étais pour la désobéissance civique. Mais d'abord, c'était il y a longtemps, et puis surtout ce n'était pas chez nous. Chez nous, question désobéissance civique, avec les Gilles de Binche et la garde-robe d'Anne-Marie Lizin, on a déjà dépassé notre quota. Surtout qu'avec leur conception de la justice sociale et leur manque d'humour, ces anarchistes réussiraient encore à nous perturber le cocktail d'ouverture des 17e Rencontres Elégance et Prestige (c'est quand même amusant de donner à un salon du luxe, le nom d'un pétrolier échoué, non?)Énergie renouvelable, éducation, zapatisme... Quelle tristesse et surtout quel manque d'originalité face aux efforts déployés par les sénateurs du VLD, du CD&V et du Blok pour renouveler le débat parlementaire. Ah, Jean-Marie De Decker, voilà un politicien qui rassure. Un vrai Belge, un vrai judoka qui, lorsqu'il vient lire à la tribune un dossier de 80 pages sur la Thaïlande, prouve au moins qu'il s'intéresse aux rapports nord-sud.

Bon Dieu, où est l'époque où Porto Alegre n'était rien d'autre qu'un apéritif, et où (comme le dit très bien Michel Daerden) les «babas» se contentaient d'être au rhum?

Le pire c'est que cette lame de fond réussit à nous dévoyer nos politiciens les plus aguerris. Ainsi, lorsque j'ai croisé Elio Di Rupo dans une des tables rondes du parc de la Villette, non seulement, il avait retiré son noeud papillon pour l'occasion, mais en plus il avait enfilé un pull bleu pétrole qui semblait avoir été tricoté avec les cheveux d'Yvette Horner.

Soyons vigilants: le jour où Didier Reynders sentira le fromage de chèvre, il sera trop tard!

 

© La Libre Belgique 2003