o

Les derniers jours...

Mis en ligne le 22/1/2005

Faut-il aller voir «Der Untergang» («La Chute»), le film d'Olivier Hirschbiegel retraçant la chute de Berlin en avril 1945 et les dix derniers jours de Hitler sous les traits (trop humains) de Bruno Ganz? Suivant que vous poserez la question au prince Harry ou à Arthur Haulot, vous n'aurez pas forcément la même réponse! En ce qui me concerne, je n'ai pas d'avis sur le sujet. Je sais seulement que, depuis Icare et les étapes de montagne du Tour de France, la question de la chute est au coeur de nos vies et que l'idée des «dix derniers jours» est un concept propice aux fantasmes! C'est une évidence, la seule évocation de ces ultimes journées provoque le frisson. Et si l'intensité dramatique que suscitent ces comptes à rebours est porteuse, chacune de ces chutes se voit auréolée d'un mystère particulier. Difficile en effet de comparer les derniers jours du roi Baudouin aux derniers jours de Kurt Cobain. La chute de Sodome et les dix derniers jours des timbres Artis Historia! Les derniers jours d'AGC Automotive de Fleurus et les dernières heures du professeur Choron ou de Zhao Ziyang! De toute façon, c'est un détail dont le cinéma n'a que faire, d'autant qu'une production bien montée pourrait même cartonner avec les derniers jours d'une personnalité encore en vie. Imaginez «Les derniers jours du Pape» réalisé par les studios Pixar. Une fresque de trois heures en images de synthèse qui retracerait les dernières heures de la vie de Jean-Paul II - soit la période de son pontificat allant de 1995 à 2017, année de sa mort. Imaginez le succès chez les jeunes de «La chute de Mme Balfroid», un film dont la bande-son pourrait être confiée au groupe de rap TTC et dans lequel, pourchassée depuis des années par Child Focus, la Louve du Scrabble chuterait sur l'orthographe du mot Banda Aceh... Enfin la vérité sur les derniers jours de Joséphine-Charlotte, la grande Chouette du Luxembourg, avec, dans le rôle de Maria Teresa Mestre, le pasteur Pandy déguisé en dame de compagnie! Enfin un remake de «La chute de la maison Schneider», avec Didier Pineau-Valencienne s'adonnant à un numéro de femme coupée en deux avec Bernadette Chirac... Les derniers jours de Charles-Ferdinand Nothomb, avant son classement par l'Unesco en patrimoine immatériel de l'humanité! Les derniers jours de Karl De Gucht avant son désamiantage! La chute de Richard Fournaux, avec Omar Sharif et Darry Cowl en duo de couques de Dinant. Les dix dernières chansons gratuites de Napster et les derniers jours de l'eau bon marché! La chute des actions Delhaize et les dix derniers rouleaux de clôtures fabriquées par Bekaert! Les dix derniers tubes de Sedergine. Le dernier Noël de Philippe Lafontaine! Et surtout, la vente chez Sotheby's du dernier cunnilingus de Josy Dubié!

Comme quoi, on a tous au fond du coeur, telle une chute de tension, une histoire qui se termine. Les dix derniers jours de quelqu'un ou de quelque chose. La «Der Untergang» d'un dictateur. Un truc dans le genre «Les dix derniers jours d'Augusto Pinochet», avec le docteur Daniel Féret dans le rôle du général, ligoté avec des cordes de guitare à un des goals du stade de Santiago, avouant en larmes avoir torturé Jean-Claude Defossé en lui fredonnant des chansons de Michel Sardou! Ah! «Michel Sardou»: voilà un bon thème de bal costumé pour les princes d'Angleterre! Si vous voulez mon avis: tout sera bon tant qu'on ne nous impose plus une soirée «Femmes de cristal». Une question de décence, tant pour les femmes et pour le Val St-Lambert!

© La Libre Belgique 2005