o

Gelées nocturnes

Mis en ligne le 21/03/2003

Parfois on voudrait être plus vieux de seulement quelques semaines. Connaître la tournure que vont prendre les événements. Échapper à cette pesante incertitude qui nous ronge. Parce qu'il n'y a pas de honte à se l'avouer: il existe toujours une pointe d'angoisse. D'autant que cette année j'ai tout semé avec près de trois semaines d'avance. Mon persil, mes radis, ma roquette... Beaucoup de roquette! Je sais c'est risqué, mais il faisait tellement beau ce week-end. Le monde entier semblait baigner dans une telle insouciance. Je n'ai pu résister à cette euphorie (due sans doute à l'anticyclone des Açores), j'ai semé! Evidemment, ce n'est pas gagné d'avance. Un printemps prématuré peut occasionner des ravages dans les semis en couches. Comme le dit très bien mon voisin: trop de printemps tue le printemps! Ah, si je pouvais seulement être plus vieux de quelques semaines. Savoir la façon dont tout ça va évoluer. Etre sûr que le gel ne va pas y occasionner de dégâts collatéraux.

En attendant, j'en profite pour faire l'entretien de ma tondeuse Toro et de ma débroussailleuse Black&Decker. On peut dire ce qu'on veut, mais le matériel américain, c'est quand même quelque chose! Comme le dit mon voisin: si les Américains n'étaient pas venus nous libérer en 44, on taillerait encore sa haie à la main, où alors avec du matériel Bosch.

Je pense que si les haies anglaises sont si bien soignées, c'est grâce aux relations privilégiées que les Britanniques ont toujours entretenues avec les Américains et avec leur outillage de jardin. Les Anglais: voilà un peuple qui a la main verte, et sur lequel ces ingrats de Français devraient prendre exemple. Ils ont la mémoire courte, les Français. Que je sache, Paris n'a plus jamais été aussi fleuri que les jours qui ont suivi l'accident de Diana...

Ah! Quelques heures au jardin, les mains en terre, rien de tel pour se remettre en phase avec le monde. Finalement, les médias sont peu de chose à côté de l'intuition du jardinier. La dernière fois que j'ai ouvert un quotidien (il y a quinze jours), c'était pour y apprendre que mes actions Delhaize et Fortis ne valaient guère plus que le prix du papier. Autant dire que depuis, je n'hésite plus à les utiliser pour couvrir mes couches de semis durant la nuit. De toute façon le seul journal que je lisais, c'était le «Moniteur belge», et ils viennent d'en supprimer la version papier, alors...

Mon petit jardin de Franc-Waret jouxte l'usine Monsento. Je ne pouvais pas rêver mieux, ils ont le monopole des graines. Et puis, comme le dit très bien un des employés avec lequel je parle par-dessus la haie: avec un peu de chance, s'ils parviennent à accélérer l'effet de serre, je pourrai semer en janvier sans avoir à me soucier des gelées nocturnes. Je trouve injustes les accusations de pollution dont ils font l'objet. En tout cas, je peux vous assurer que pour ce qui est du colza transgénique, la récolte se fait à la main. Régulièrement je vois débarquer quelques centaines de travailleurs saisonniers et paf! en 5 minutes tout est «méchamment» coupé. En plus, pour la récolte, ils ne font pas appel à n'importe qui. Même Isabelle Stengers met parfois la main au sécateur. On n'avait plus vu autant d'intellectuels s'adonner aux travaux des champs, depuis la Révolution culturelle en Chine...

Ah, cette indolence printanière! Comment ne pas rester optimiste face à une telle harmonie. Ainsi, il paraît qu'en Finlande, leur Premier ministre s'appelle Paavo Lipponen. Je me dis qu'un type qui s'appelle Paavo ne peut pas être vraiment méchant. Par ailleurs, les crocus n'ont jamais été aussi beaux que cette année. Et puis cela fait quelques jours que les avions américains ne traversent plus notre espace aérien et que leurs chars ne transitent plus par le port d'Anvers... C'est donc que la sagesse l'a emporté et que les problèmes ont pu être résolus par la voie diplomatique.

Evidemment, avec mon bracelet électronique, je ne peux pas quitter mon petit jardin. Enfin en principe, car mon voisin m'a dit que le personnel du centre national de surveillance électronique est parti en grève. Bien sûr je pourrais en profiter pour faire la belle. Mais on est tellement bien ici...

© La Libre Belgique 2003