o

C'est pas de la tarte!

Paris, 11 octobre 2002... En l'espace de quelques minutes, les images du palais de Justice ont fait le tour de la planète, laissant le monde stupéfait. On se dit que plus rien ne sera pareil. Qu'il y aura un avant et un après le 11 octobre... La nouvelle est tombée sur tous les téléscripteurs: à la suite de la plainte de Jean-Pierre Chevènement, Noël Godin, l'entarteur, notre Gloupier à nous, vient de se faire condamner pour attentat anarcho-pâtissier à la prison ferme, et les images du fourgon cellulaire l'emportant vers la prison de la Santé sont diffusées en boucle et commentées sur CNN.

L'émotion est à son comble, d'autant qu'on apprend qu'il sera enfermé dans la cellule que vient de quitter Maurice Papon. Alors que l'ancien secrétaire de la préfecture de Gironde sous Vichy a obtenu sa libération contre la promesse de se rendre en Belgique pour y demander l'euthanasie (et Dieu sait si l'Etat nazi, il connaît), voilà qu'il se pavane sur les marches du palais de Justice en survêtements de sport Nike. C'est fou comme quitter la Santé, ça vous la fait recouvrer! Il faut s'attendre à le voir un de ces jours sur un terrain de tennis, jouant en simple avec Pinochet. Ou peut-être même dans la nouvelle compagnie de danse que Béjart vient de lancer à Lausanne (après tout, en plus de s'appeler Maurice, ils doivent avoir le même âge).

A l'annonce de l'incarcération de l'entarteur, Renaud, qui lui a consacré une chanson sur son dernier album, s'est immédiatement rendu sur place et s'est dit prêt à rapporter ses vidanges de Ricard afin de payer la caution...

En Belgique, la mobilisation a été immédiate. Le Premier ministre a regagné Bruxelles, pendant que les services de la Sûreté de l'Etat pressaient la famille royale de se cacher dans les grottes de Han, en attendant que la situation s'éclaircisse. D'emblée, André Flahaut a invoqué le droit à la légitime défense, et dans la perspective d'une intervention militaire, il a intensifié son initiation au saut à l'élastique.

Par les voies diplomatiques, et malgré l'opposition du ministre de la Justice, Nicole Maréchal a fait savoir en début de matinée qu'elle pouvait libérer une demi-place au centre fermé d'Everberg afin que la moitié de Noël Godin puisse au moins purger sa peine dans notre pays.

Les communes de Fleurus et de Farciennes se sont dit, quant à elles, prêtes à accueillir Jean-Pierre Chevènement dans le cadre du projet de stockage des déchets nucléaires de faible activité. Elles proposent de couler l'ancien candidat à l'Elysée dans le béton durant trois siècles, au terme desquels il pourrait reprendre ses activités politiques sans risque de contamination.

Sous le coup de l'émotion, le président Bush a immédiatement téléphoné à Olivier Maingain pour lui faire part de son entière solidarité. Lors d'une intervention télévisée, le Président américain n'a pas hésité à s'exclamer: `Aujourd'hui, nous nous sentons tous Suisses!´ Il en a profité pour affirmer que, depuis les propos de la ministre allemande de la Justice comparant sa politique de désinformation à celle d'Hitler, son objectif n'était plus de renverser Saddam Hussein mais de frapper Berlin.

Au Proche-Orient, Ariel Sharon a profité de la diversion inespérée que lui offrait l'arrestation de l'entarteur, pour accélérer le rythme de destruction des infrastructures palestiniennes. Mais finalement, comme le disent très justement les restaurateurs de la place Sainte-Catherine: `D'accord, le président Arafat est isolé dans le bâtiment de l'administration palestinienne, sans eau, sans électricité, sans téléphone... mais au moins on ne lui interdit pas de rouler en bagnole le dimanche!´

Heureusement, le 11 octobre, ce n'est que dans quinze jours, et les juges français qui doivent statuer sur l'affaire sont prévenus: une condamnation, et ce sera la `Guerre´ avec un grand R! Même que Louis Michel est prêt à monter sur Paris avec son club de Hell's Angels, c'est vous dire...

A bon entendeur, salut!

© La Libre Belgique 2002