o

Emballé, c'est pesé!

Mis en ligne le 28/10/2006

Ca y est, c'est emballé, c'est pesé : à partir de janvier prochain, la Belgique va siéger au Conseil de Sécurité de l'ONU. Précisons d'emblée pour Virginie que le caractère « non permanent » de ce mandat n'a rien à voir avec la coiffure. Le « permanent » dont il est question ici n'est pas un problème de mise en plis. Juste que si les grandes puissances daignent nous inviter à leur table, elles nous ont prévenu d'emblée qu'il faudrait libérer le siège dans deux ans. Un contrat à durée déterminée, en somme. Un peu comme pour le tracteur offert à la Fermière de cristal : on vous le donne, mais vous avez intérêt à labourer vite et bien, parce qu'il faudra nous le rendre l'année prochaine ! De-là à ce que les 16 diplomates belges du Conseil soient payés avec des titres-service, il n'y a qu'un pas╔

La vache, ce n'est pas une raison pour bouder notre plaisir, d'autant qu'avec le succès de Michel Daerden sur You-Tube, on sent bien que le modèle belge a le vent en poupe. Ah, si seulement Boris Eltsine était encore en poste au Kremlin, le duo que ça ferait lors des réunions au sommet. Un peu comme si les s¤urs Tatin avaient inventé le baba au rhum╔

Non, c'est sûr, les Belges ont la cote ! Si ça continue, on risque de retrouver un jour ou l'autre les frères Falkenberg à la tête du FMI, Lorette Onkelinckx bourgmestre de Kolwezi et le père Samuel au Vatican. La Belgique assise deux années durant au côté de la Chine, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de la Russie ! Si par bonheur, Karel de Gucht parvient à faire la différence entre New York et Kinshasa, on se dit que les Belges pourraient même faire des miracles à ce poste.

Vous imaginez le coup de théâtre : les associations de riverains de Zaventem obtenant l'interdiction des survols du sud Liban par l'aviation Israélienne. Vous imaginez nos exploits diplomatiques défilant en grosses lettres sur les façades de Times Square, dans le genre « Les cendres de Jean Guy offertes à la Corée du Nord en échange de l'arrêt de ses essais nucléaires » ou bien « La Belgique rembourse la dette du Burkina Fasso en revendant la cave à vin de George Dumortier ».

Bien sûr la tâche ne sera pas aisée, d'autant qu'en janvier, il faudra régler le contentieux énergétique avec la Russie , et cela même si les membres la section MR d'Uccle se sont dit prêts à produire le gaz nécessaire pour compenser un éventuel blocus. Et puis, faute d'accord, il faudra également déterminer les sanctions contre Téhéran. Des sanctions bien belges ? Imposer aux molhas iraniens le plan Géoroute ? Reconvertir les serveurs de la Taverne du Passage en geôliers à Abu Graïb ?...

La diplomatie belge au Conseil de Sécurité de l'Onu, ça va dépoter. Si on s'y prend bien, moi je dis que dans deux ans on inaugure la première fresque de Michel Vaillant sur un mur de Casablanca et l'on fête le Prix Nobel de l'économie obtenu pas Bernard Anselme pour son projet d'auto-crédit. Et puis, il n'y a pas de raison que les petits patrons wallons soient les seuls à profiter de l'exemple d'Eric Dumb. A notre départ, c'est le monde entier qui sera transformé en Parc Paradisio.