o

Début de l'opération «Odeur et effroi»

Mis en ligne le 28/03/2003

Le temps de la diplomatie est arrivé à son terme. La situation n'a que trop duré. Je lance donc ici un ultimatum solennel: si dans les 48 heures, Georges Bush Jr. et ses militaires n'ont pas quitté le sol irakien, je flanque à la poubelle mon Tahiti Douche et mes rasoirs Gilette! J'arrête de traiter mes cheveux au Pétrole Hahn et ma peau avec de l'Oil of Olaz! Et (vu que je n'ai trouvé aucun dentifrice qui ne fasse partie du groupe Colgate-Palmolive) j'arrête de me brosser les dents...

D'accord ma réaction peut apparaître comme excessive, mais ce n'est pas faute de l'avoir mis en garde. Il savait que son entêtement entraînerait un jour ou l'autre des mesures de rétorsion. Ma modeste opération de boycott s'appellera «Odeur et Effroi» ! C'est dire que ça risque de sentir mauvais, d'autant que, question hygiène et propreté, il ne faudra plus me parler des produits Procter & Gamble. Les Pampers, le Dreft, le Dash ou le Monsieur Propre seront définitivement proscrits et remplacés par... du savon de Marseille-et ma femme de ménage polonaise n'a pas intérêt à se plaindre, sinon je lui rappellerai la façon dont son gouvernement s'est rangé aux côtés des forces américaines.

Et que ce soit bien clair: je ne me contenterai pas d'une demi-victoire!

Evidemment l'opération sera progressive. Les deux premiers jours, elle aura pour cibles des produits de nettoyage. Mais si Bush ne cède pas, je lancerai la grosse artillerie. Très vite, mon embargo s'élargira à ce qu'en termes de stratégie militaire, j'appellerais «un tapis de produits made in USA». L'idée est de terrifier par mon action, les multinationales américaines du genre Coca Cola, Johnson& Johnson, Philip Morris ou Chiquita Brands, et cela afin que le régime s'écroule de l'intérieur.

Quand ils sauront que j'ai remplacé mon Douwe Egberts par notre bon vieux Chat Noir, ils vont en... Ah zut, c'est vrai, Chat Noir est aussi devenu américain. Enfin, lorsqu'ils auront pris conscience de ma détermination, ils vont faire caca mou. Surtout que j'ai réussi à me procurer les numéros de GSM privés de plusieurs grands patrons d'outre-Atlantique, dont ceux de Kellogg's et de Campbell Soup. Je leur ai dit que s'ils se rendaient sans combattre, ma famille lèverait rapidement les interdictions touchant leurs produits. Par ailleurs, cela fait plusieurs semaines que j'inonde la boîte e-mail du patron de Walt Disney, de publicités pour Bobbejaanland. Autant vous dire qu'il doit être sur le point de craquer!

J'ai mis en garde mes enfants contre tout optimisme béat: la guerre sera peut-être plus longue que prévue, mais il s'agit d'éradiquer une fois pour toutes les produits qui composent «L'axe du Mars» : les Twix, les Snikers, les Milky Way, les Bounty... Après tout, n'y a-t-il pas chez nous assez de confiseries de qualité: les biscuits de L'Alsacienne, les Petit Lu, les Prince Fourré... Ah flûte! Tous ceux-là aussi sont devenus américains. Enfin je ne sais pas! De toute façon, si les Américains sont si obèses c'est précisément qu'ils se gavent de toutes ces saloperies. J'ai donc conseillé à mes enfants d'abandonner le Sprite et le Pepsi, et de boire de l'eau. De l'eau du robinet bien sûr, vu que même Evian, Volvic et Badoit sont passés avec Danone sous pavillon ennemi.

Mon beau-frère, lui, continue à prétendre qu'il aurait mieux fallu donner du temps au temps, mais ma décision est prise. Il était urgent que j'intervienne vu qu'avec les premières chaleurs, mon boycott risquait de devenir sans effet. En effet, à partir d'avril personne ne boit plus d'Oxo, de Liebig ou de Royco Minute Soup...

Evidemment, je pense déjà à l'après-Bush, où il faudra relancer l'économie locale par des achats massifs de produits américains. Mon petit plan Marshal s'articule autour de deux axes: l'achat de Chewing-gum en grande quantité par Laurence Bibot et la relance des produits Estée Lauder par Virgine Svensson.

Je ne veux pas pêcher par excès d'optimiste, mais je pense qu'il pourrait céder...

© La Libre Belgique 2003