o

Johanna de Tessières

Un plan Mershall du zygomatique

Mis en ligne le 30/09/2005

Il suffit parfois de peu de chose pour vous faire regarder le monde autrement. De ces déclics qui vous redressent et vous font affronter la journée en bombant le torse. Ainsi, vendredi, mon radio-réveil s'est allumé sur une interview de Steven Martens, le coach de notre équipe de Coupe Davis qui expliquait la stratégie mise au point avec les frères Rochus pour affronter l'équipe américaine. Là où d'autres auraient opté pour la puissance de frappe, le training mental ou les décoctions de ginseng, nos petits Belges avaient tout simplement décidé de... rire. La vache, comment n'y a-t-on pas pensé plutôt... Et le capitaine d'expliquer que le rire est sous-utilisé dans le sport. Qu'il a toujours été considéré comme un facteur de dissipation ou de frivolité, alors que ses vertus énergétiques et anti-stress sont indéniables. Et c'est vrai que jusqu'ici, les tennismen nous avaient plutôt habitués à pousser, en servant, des cris de pianiste souffrant d'ongles incarnés. Stratégiquement, l'option lui semblait d'autant plus pertinent que le rire peut aussi déconcentrer l'adversaire au point de le faire douter de sa supériorité. D'accord, ils allaient devoir taper sur la balle les petits Rochus, mais ils allaient surtout se marrer. Et pas seulement eux. La consigne avait en effet été élargie à tout le staff et aux accompagnateurs, tous priés, quels que soient leurs états d'âme ou leurs problèmes de digestion, de faire trembler de leurs éclats joyeux, les gradins du Sportplaza de Louvain.

Bien sûr, les vertus du rire sont connues depuis Hippocrate, mais de là à en faire un paramètre du triomphe, il fallait être belge pour y penser. Finalement, en béatifiant une partie de notre équipe, Fadila Laanan n'a pas fait autre chose - et cela même si Jean-Claude Van Cauwenberg reste persuadé que c'est en jouant les Madeleine en conseil communal qu'on parvient à convaincre un échevin trop gourmand de s'inscrire au Weight Watchers.

En somme, un plan Marshall du zygomatique! De là à ce que la FN décide de se recycler dans l'exportation d'Almanach Vermot, et qu'André Flahaut inscrive aux manoeuvres de notre armée, un largage de poil à gratter sur Bauvechain, il n'y a qu'un pas.

Même George Bush a décidé de mettre les rieurs de son côté. Ainsi, à l'image d'Astérix décorant les avions de la SN Brussels Airline, le visage enjoué de Rudi Demotte pourrait très bientôt orner le cockpit d'Air force One, le Président ayant par ailleurs insisté pour que les prochains ouragans soient baptisés Pépette et Répépette afin que les victimes meurent de rire avant d'être submergées...

Ok, le week-end passé, sur la brique pilée louvaniste, le rire n'a pas suffi! Mais on a frôlé l'exploit! La formule doit se rôder. La prochaine fois, on demandera à Sandra Zidani et à Nathalie Uffner de faire les pompom girls sur le bord du terrain. Elvis Pompilio leur dessinera des casquettes à visière en croco. Pour surprendre les adversaires, on remplacera les balles par des manons de chez Léonidas. Et pour qu'il fasse gaffe à qui il donne les points, on installera l'arbitre sur les épaules de Noël Godin. On engagera Charlie Degotte et Jean-Luc Fonck comme ramasseurs de balles. Avec en fond de court, une immense publicité pour les coussins péteurs des établissements Piccard... Comme quoi, un pays qui peut partager ses talents entre la sensibilité des frères Dardenne et les fous rire des frères Rochus, il n'y a que Justine Henin pour vouloir le quitter...