o

Johanna de Tessières

Des hommes, des vrais

Mis en ligne le 09/12/2005

Mais enfin, pourquoi toujours s'acharner sur le Vatican? Pourquoi ces éternels procès d'intention? Ces préjugés et ces condamnations lapidaires? En ce qui me concerne, je ne suis pas loin de comprendre la récente «Instruction» refusant l'accès à la prêtrise aux homosexuels... Bordel de tettes, c'est vrai quoi! Pour faire un bon pasteur, il faut un minimum de virilité, que diable! Comment voulez-vous assumer un sacerdoce aussi exigeant sans avoir jamais lu ni Buck Danny ni Michel Vaillant? Cela tient du simple bon sens: le bon séminariste doit être un homme, un vrai! Il doit pouvoir tenir trois jours sans se laver. Il doit avoir déjà fréquenté un stand de tir, tapé sur sa mère et fumé au moins une fois dans sa vie un paquet de Saint-Michel sans filtre... Ça paraît un minimum. Comme l'écrit «L'Osservatore Romano», les tapettes sont par nature des êtres «immatures, manipulateurs et narcissiques» qui risqueraient de transformer L'Entrée du Christ à Bruxelles en Gay Pride!

Si ça ne tenait qu'à moi, il y a belle lurette que les mocassins vernis du Saint-Père auraient laissé la place à des «combat shoes». Déjà que les costumes des gardes suisses semblent avoir été dessinés par Walter Van Beirendonck et les plafonds de la Chapelle Sixtine peints par Pierre et Gilles...

Il ne faut pas rigoler, c'est Marie-Madeleine et pas Sébastien Ministru qui a lavé les pieds du Christ avec ses cheveux. Et puis, si Jésus avait été pour les prêtres homos, il aurait recruté ses apôtres parmi les membres du YMCA... Non, s'il est important de les «accueillir avec respect et délicatesse», ce qu'il faut à l'Eglise, ce sont des abbé Pierre et des Christ hétéros, membrés comme sur les gravures de Félicien Rops. Imaginez le danger que représenteraient ces prêtres invertis à la «sexualité inachevée», dont les tendances à la séduction risqueraient de repeupler les églises? La vache, des églises à nouveau pleines, quelle horreur!

OK, l'interdiction qui leur est faite d'accéder à la prêtrise est en contradiction avec la loi contre les discriminations à l'embauche, mais enfin, ne chicanons pas. Il y a assez de métiers où les gays font merveille. Vous imaginez un hétérosexuel à la tête d'un centre culturel wallon? Non? Eh bien voilà, il faut le voir comme un simple partage des tâches. Chacun son truc!

Et puis qu'on arrête de hurler à l'homophobie! Benoît XVI a bien précisé que le cas des repentis pourrait être reconsidéré après trois ans d'une franche et belle activité hétéro. Bien sûr on n'a pas encore établi les modalités de réhabilitation, mais selon des sources bien informées, la brebis égarée ne pourrait regagner le troupeau et prétendre au statut de diacre qu'après avoir réussi le permis poids lourds et brûlé en public sa collection de disques de George Michael. Il serait même recommandé à ces rescapés de prouver leur bonne foi, en punaisant bien en évidence un calendrier Pirelli au-dessus du maître autel... En somme, pas de quoi en faire un fromage.

Vous voulez que je vous dise, cette interdiction d'accès aux ordres sacrés, c'est même une chance... pour les homosexuels.

Pour ce qui est du droit à l'adoption des couples de prêtres homosexuels, tant que Philippe Monfils est pour, moi je n'y vois aucun inconvénient...